Quelques conseil du dc Catherine Kabani de la Fédération Française de Randonnée

Interview donné par le Dc Kabani a 20minutes en Mai dernier

Ne surtout pas porter de masque

Porter un masque en rando ? C’est la fausse bonne idée par excellence. « Il est hors de question de randonner avec un masque, ce serait même dangereux, lance Catherine Kabani, médecin de la Fédération française de randonnée. On a de la buée sur les lunettes donc on ne voit pas ses pieds et il y a un risque de diminuer l’oxygénation. »

Selon elle, les masques ne sont nécessaires que dans les espaces clos. « A l’extérieur, avec le vent, les particules virales se dispersent beaucoup plus vite qu'à l'intérieur », conclut le docteur Catherine Kabani.

Comment éviter de se blesser en reprenant ?

Les Français confinés sont ankylosés. Ces deux mois d’inactivité « ont provoqué une fonte musculaire, surtout chez les séniors, et une désadaptation à l’effort de notre système cardio-vasculaire », alerte le docteur Catherine Kabani. Elle conseille donc de reprendre la randonnée progressivement, avec une première sortie de 3 ou 4 heures maximum, sans trop de dénivelé et avec un bon stock d’eau.

« Si vous avez énormément de crampes, ça veut dire que les muscles ont souffert, décrypte-t-elle. Si vous êtes essoufflés dès les premiers kilomètres, que vous avez des douleurs qui se réveillent, surtout des douleurs thoraciques, il sera judicieux d’aller consulter son médecin pour vérifier ce qu’il s’est passé pendant le confinement. »

Et pour éviter les entorses ou les mauvaises chutes, restez sur les sentiers balisés. « Comme personne n’a pu sortir pendant deux mois, nous n’avons pas d’information sur l’état des parcours, rappelle le commandant Dominique Lemblé. Les premiers pratiquants vont avoir des surprises, entre un sentier qui aurait été emporté par une avalanche de printemps ou un arbre qui serait tombé. »

Ce pompier spécialisé conseille donc de « très bien préparer son itinéraire et son matériel » et de se méfier de la météo : « Même si on a très envie de sortir, il ne faudra pas faire fi du petit orage annoncé pour le soir en se disant que ça va passer ! »

D’autant que les pompiers sont eux-mêmes un peu rouillés. « Nous n’avons pas pu nous entraîner en milieu périlleux pendant deux mois, confie Dominique Lemblé. On n’a pas tout perdu mais il faudra qu’on se réapproprie nos réflexes… »